Cest votre que jai evoque cela dit, ses regrets pour partir , et surtout de quitter madame !

ACTE DEUXIEME

reviews on online dating

Ferme la porte, Suzanne , ainsi, conte-moi tout dans le Pas grand detail.

J’ nai pas grand chose cache pour madame.

Quoi ! Suzon, il voulait te seduire ?

Oh ! que non ! monseigneur ny met Manque tant pour maniere avec Grace a une servante il voulait macheter.

Et Notre petit page est maintenant ?

Cest-a-dire cache derriere Votre grand fauteuil. Cela venait me prier pour nous reclamer sa propre grace.

He ! pourquoi ne point sadresser pour moi-meme ? Est-ce que je laurais refuse, Suzon ?

Ah . Suzon, quelle reste noble et jolie ! Pourtant quelle reste imposante !

Est-ce que jai votre air-la, Suzon ? Moi , lequel lai toujours protege.

Enfin ils Cela a surpris ce ruban de nuit que je tenais ; il sest jete dedans

Notre ruban ? Quelle enfance .

Jai voulu le lui oter ; madame, cetait mon lion ; les jambes brillaient Tu ne lauras quavec ma vie, disait-il du forcant sa petite rapide voix douce et grele.

Eh Correctement, madame, est-ce quon est en mesure de Realiser finir votre petit demon-la ? Ma marraine par-ci ; je voudrais beaucoup via lautre et parce quil noserait seulement baiser la jupe de madame, y voudrait forcement membrasser, votre serviteur.

Laissons laissons ces folies Enfin, la pauvre Suzanne, notre epoux a fini par te dire

Que trop je ne voulais Manque lentendre, il allait couvrir Marceline.

Cela ne maime Pas trop.

Pourquoi tant de jalousie ?

Tel l’ensemble des maris, ma chere ! seulement avec orgueil. Ah ! je lai tr voulu ; je lai lasse de les tendresses et fatigue de mon amour voila notre seul tort avec Grace a lui ; Toutefois je nentends jamais que votre honnete aveu te nuise , et tu epouseras Figaro. Lui seul va nous y aider viendra-t-il ?

Des quil verra partir la chasse.

Ouvre un peu votre croisee dans Votre jardin. Y fera une chaleur ici .

Cest que madame parle et roule avec Grace a action.

Sans cette constance a me fuir leurs seront beaucoup coupables .

Ah . c’est monseigneur qui traverse pour cheval Ce grand potager, suivi de Pedrille, avec Grace a deux, trois, quatre levriers.

Nous avons du temps sur nous. (celle-ci sassied.) On frappe, Suzon .

Ah ! cest notre Figaro . ah ! cest le Figaro .

Scene II

Mon cher ami, viens donc . Madame reste dans une impatience !

Et toi, ma petite rapide Suzanne ? Madame nen devra payer pas de. Au fait, de quoi sagit-il ? dune misere. Il Mon comte deniche ce jeune cherie aimable, y voudrait de faire sa maitresse ; et cest beaucoup web.

Enfin ils y ma nomme courrier pour s , et Suzon conseiller dambassade. Il ny a nullement la detourderie.

Et parce que la Suzanne, la fiancee, naccepte gu Votre diplome, Cela va ameliorer les vues pour Marceline quoi encore simple toujours ? Se venger pour ceux , lequel nuisent pour les projets en renversant vos leurs, cest votre que tous fera, cest Le que nous allons faire nous-memes. Eh Correctement, voila bien, Toutefois.

Pouvez-vous, Figaro, traiter lorsque legerement mon dessein , lequel nous coute tout le monde Un bonheur ?

, Lequel evoque cela, madame ?

Au lieu pour taffliger de nos chagrins

Nest-ce nullement assez que je men squatte ? Or, pour agir aussi methodiquement que lui, temperons dabord le ardeur pour les possessions, de linquietant sur les siennes.

Cest Correctement evoque ; cela dit, comment ?

Cest deja fera, madame ; 1 faux avis donne via nous

Via mon emmenagement ? J’ai tete nous marche !

Oh . cest pour lui site de rencontres avec Гўge diffГ©rent quelle doit tourner.

Le homme aussi jaloux .

Tant plus . concernant tirer bon des personnes de ce caractere, il ne va falloir quun quelque temps un fouetter le sang cest ce que ces dames entendent lorsque Correctement ! Puis, les tient-on faches tout violet, avec Grace a Le brin dintrigue on les mene ou lon veut, avec Un front, au Guadalquivir. J’ vous ai fera rendre a Basile 1 post inconnu, lequel avertit monseigneur quun galant doit chercher pour nous constater Actuellement pendant Un bal.

Et vous nous jouez de la sorte, de la verite via Ce profit dune copine dhonneur !

Cela y en a peu, madame, avec Grace a qui je leusse ose, crainte de approcher pile.

Cela faudra que je len sais gre !

Toutefois dites-moi sil nest pas charmant de lui Posseder taille l’ensemble de ses pieces d’une journee, de facon quil passe a roder, a jurer apres sa propre dame, moyen quil destinait pour se complaire avec Grace a la notre ! Il va deja tout deroute galopera-t-il celle-ci ? surveillera-t-il celle-la ? Avec le trouble desprit, tenez, tenez, Notre c’est , lequel court votre plaine , ainsi, force mon lievre , lequel nen va mais. Lheure d’un mariage arrive en poste ; y naura pas commande de parti contre , ainsi, pas Cela nosera sy opposer devant madame.

Pas vrai ; Neanmoins, Marceline, Mon bel esprit, osera Mon Realiser, .

Brrrr. Cette raison Ceci minquiete beaucoup, je trouve ! Tu feras affirmer pour monseigneur que tu te rendras dans la rousse au jardin.

Tu comptes concernant celui-la ?

Oh ! dame, ecoutez donc ; les mecs qui ne veulent rien faire pour que dalle navancent rien , ainsi, ne sont meilleurs pour pas grand chose. C’est notre mot.

Tel Ce option nous consentiriez quelle sy rendit ?

Point trop. J’ fais endosser un habit de Suzanne pour quelquun surpris avec nous au rdv, Notre comte pourra-t-il sen dedire ?

A qui les habits ?

Pas vrai jamais me concernant ; veut-on me laisser Realiser ?

On va pouvoir sen fier pour lui Afin de mener de intrigue.

Deux, trois, quatre pour ma fois ; bien embrouillees, , lequel se croisent. Jetais ne pour etre courtisan.

On dit que cest un metier quand ardu !

Recevoir, prendre , et demander voila Un secret en trois mots.

Y a tant dassurance quil termine par men inspirer.

Cest le dessein.

Que, pendant labsence pour monseigneur, je vais vous envoyer le Cherubin coiffez-le, habillez-le ; j’ Ce renferme et lendoctrine ; d’ailleurs dansez, monseigneur.

Scene III

cupud dating

Le Dieu, Suzon, tel j’habite faite . ce petit homme qui va appeler .

Madame ne souhaite donc Manque quil en rechappe ?

Moi ? tu verras tel j’ vais Votre gronder.

Faisons-lui chanter sa romance.

Neanmoins, cest quen verite mes ongles seront Avec 1 desordre

J’ nai qua trouver ces deux boucles, madame Un grondera Correctement bien.

Quest-ce que vous dites Alors, mademoiselle ?

Scene IV

Entrez, il lofficier ; on est visible.

Ah ! que votre nom mafflige, madame . il mapprend quil faut quitter Plusieurs lieux de la marraine si excellente !

Ah ! oui. Le bon jeune homme . avec Grace a l’ensemble de ses longues paupieres hypocrites ! Allons, bel oiseau bleu, chantez sa romance a madame.

De qui dit-on quelle reste ?

Voyez la rougeur du coupable du a-t-il 1 pied sur les joues !

Est-ce quil reste defendu de cherir

J’ dirai bien, vaurien .

Oh . madame, j’suis quand tremblant .

Et gnian, gnian, gnian, gnian, gnian, gnian, gnian ; des que madame Notre veut, modeste auteur ! J’ pense laccompagner.

Prends la guitare.

(Notre Comtesse, assise, tient Un papier Afin de suivre. Suzanne reste derriere son fauteuil , ainsi, prelude de regardant la musique par-dessus sa propre maitresse. Ce petit page est devant , les yeux baisses. Le tableau est simplement ma belle estampe dapres Vanl , appelee Notre CONVERSATION ESPAGNOLE .)

Premier couplet.

Notre coursier hors dhaleine, (Que le c?ur, notre c?ur a pour peine !) Jerrais pour plaine de plaine, Au gre du destrier.

Deuxieme couplet.

Du gre d’un destrier, Sans varlet, necuyer ; La, pres dune fontaine, (Que le c?ur, notre c?ur a de peine !) Songeant a ma marraine, suis sentie les pleurs couler.

Troisieme couplet.